35 petits gestes écolos pour la terre

35 petits gestes écolos

Aujourd’hui Jour de la Terre, c’est le moment idéal pour se rappeler les petits gestes écolos à faire au quotidien et qui peuvent avoir un réel impact sur notre environnement, mais aussi notre santé, notre bien-être et notre qualité de vie.

Voici donc 35 petits gestes écolos pour chaque sphère de notre vie. On s’en sert pour s’inspirer, on en choisit 3 ou 4 qu’on peut facilement appliquer au quotidien, et on garde les autres en tête, car on ne sait jamais quand on aura soudain une poussée de conscience écologique!

 

Dans la cuisine

  • On évite les bouteilles d’eau en plastique et on investit plutôt dans une belle bouteille d’eau en verre qu’on peut remplir à l’infini!
  • On arrête d’acheter de l’eau en bouteille (très dispendieux!) et on opte plutôt pour un système de filtration d’eau pour purifier l’eau du robinet, ou tout simplement pour une carafe d’eau avec filtre.
  • On privilégie une cuisinière au gaz naturel, qui est beaucoup plus économe qu’un modèle avec plaques électriques.
  • On met un couvercle sur les casseroles, notamment pour faire bouillir de l’eau: les temps de cuisson raccourcissent et vous ferez des économies d’énergie.

 

Dans la maison

  • On évite de surchauffer son intérieur. On installe un thermostat pour maintenir la température à 18°C dans les chambres et à 19°C dans les autres pièces. Rien qu’en baissant la température d’un seul degré, on réalise 7 % d’économie sur sa consommation.
  • On pense à éteindre la lumière lorsqu’on quitte une pièce. Trois pièces éclairées inutilement chaque soir consomment autant d’électricité qu’un réfrigérateur.
  • On éteint complètement les appareils électriques (télé, radio, lecteur CD-DVD, ordi…) quand on ne les utilise pas, car ils consomment 10 % d’électricité de plus lorsqu’ils sont en veille.

 

Dans la salle de bain

  • On ferme le robinet lorsqu’on se brosse les dents pour ne pas gâcher 10 000 litres d’eau par an!
  • On oublie le bain quotidien (de 150 à 200 litres d’eau) et on opte plutôt pour une douche (de 30 à 70 litres d’eau), qui est bien meilleure pour la circulation sanguine et pour l’écologie. On s’offre un bain de temps et temps et on le savoure!
  • On troque son détergent à lessive liquide contre un détergent en poudre et sans phosphates. Mieux, on utilise des noix de lavage, qui nettoient en douceur et qui peuvent être utilisés plusieurs fois.
  • On fait notre lessive à l’eau froide ou tiède: 80% de l’électricité utilisée sert à chauffer l’eau!

 

Les petits achats

  • On évite les emballages: on privilégie les produits en vrac ou en grandes quantités (moins chers), qu’on peut ensuite transférer dans de beaux pots une fois à la maison.
  • On opte pour les emballages biodégradables (papier, carton) ou recyclables (verre, métal…) plutôt que les emballages en plastique.
  • On achète les légumes et les fruits de saison, qui ne nécessitent pas de traitement particulier et qui sont cultivés dans notre région.
  • On préfère les produits locaux (alimentation, fournitures…) pour encourager les artisans et producteurs locaux et pour réduire le transport des marchandises et le trafic routier.
  • On utilise des sacs réutilisables pour faire ses courses. (On en garde un en permanence dans son sac à main pour les petits achats imprévus.) On boude les sacs en plastique qui mettent plus de 400 ans à se désagréger dans la nature!
  • On conserve les flacons d’origine qu’on remplit grâce à des recharges bien pratiques (savon à vaisselle, détergent à lessive, shampooing, gel douche, etc.).

 

On boude les sacs en plastique qui mettent plus de 400 ans à se désagréger dans la nature!

 

Les gros achats

  • Avant d’acheter des appareils électroménagers et des ampoules électriques, on lit les étiquettes, qui nous indiquent les modèles plus économes et donc ceux qui seront moins chers à l’usage.
  • Lors de l’achat d’un appareil électroménager, on réfléchit à sa durée de vie et aux possibilités de réparation. Même chose pour l’achat de meubles: le produit le moins cher n’est pas forcément celui qui durera le plus longtemps. Et qui dit nouvelles dépenses dit aussi nouveaux déchets!

 

Dans le jardin

  • Pour arroser les plantes, plates-bandes et potagers, on profite de la fraîcheur du matin et du soir pour diminuer l’évaporation de l’eau.
  • On recueille l’eau de pluie pour arroser le jardin: on place un bac en plastique sous une gouttière et voilà!
  • On opte pour des engrais naturels comme l’ortie, les algues, le compost, plutôt que les engrais chimiques, nocifs pour notre santé et celle des animaux qui se promènent à l’extérieur.
  • On privilégie les espèces locales pour son jardin: elles sont mieux adaptées au climat et à la faune de notre région.
  • Pour désherber, la pioche et le tire-racine (pour enlever les mauvaises herbes) sont souvent plus efficaces que les produits chimiques. Et puis, un peu d’exercice… n’a jamais fait de mal à personne!

 

En forêt ou en voyage

  • Lorsqu’on se promène en forêt, on ne jette rien. RIEN! Un mégot de cigarette met 2 ans à se dégrader, une gomme à mâcher 5 ans, une canette en aluminium 100 ans et un sac en plastique 450 ans… C’est encore pire en montagne, car le froid « conserve » les déchets.
  • En montagne, on marche sur les sentiers pour ne pas éroder le sol et piétiner des plantes rares ou menacées.
  • En voyage, on se méfie des souvenirs « exotiques » et naturels (corail, fossiles, objets en ivoire, plantes…). Non seulement on risque de graves ennuis à la douane, mais on pourrait aussi mettre en péril les ressources naturelles du pays d’origine.

 

Au bureau

  • On imprime le moins possible les documents et les courriels et on n’hésite pas à exploiter le verso des feuilles déjà utilisées (pour communication interne, bloc-note, etc).
  • On demande à chacun d’apporter sa tasse à café personnelle et on dit adieu aux gobelets en plastique.

 

En transport

  • On vérifie régulièrement l’état de sa voiture. Des pneus mal gonflés, par exemple, s’usent plus vite et entraînent une surconsommation de carburant.
  • On suit les limites de vitesse: on consomme ainsi 40 % de carburant en moins, ce qui génère moins de pollution et moins de risques d’accident.
  • Dès qu’on le peut, on opte pour les transports en commun: une voiture pollue 10 à 20 fois plus qu’un autobus pour chaque personne transportée.…
  • On choisit le train pour faire de longs trajets, plutôt que la voiture ou l’autobus, ou même l’avion, si c’est possible.
  • On utilise le moyen de transport le plus écologique pour parcourir de petites distances: ses pieds. La marche, c’est bon pour la santé et pour la planète!
  • On se met au co-voiturage en s’organisant avec des collègues, amis, parents d’élèves pour faire véhicule commun et à chacun son tour. Aujourd’hui, une voiture est occupée en moyenne par 1,2 personne!

 

Et vous, avez-vous d’autres petits gestes écolos à suggérer?

Quels gestes faites-vous au quotidien pour améliorer le sort de la planète?

Partager cet article

À lire également...